Jérusalem ! Jérusalem !
par Michel Texier

Matthieu 23:37: Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu !

Lorsqu’une poule sent qu’il existe un danger pour ses poussins, elle adopte une posture qui leur permet de se réfugier sous elle. Son corps devient ainsi une protection pour la couvée et l’action offensive des prédateurs s’en trouve amoindrie.

Si le Seigneur utilise cette image, c’est parce qu’Il a toujours cherché à être un rempart contre la sagesse d’en bas (Jacques 3:15). Cette sagesse terrestre, charnelle et diabolique est l’ennemie de nos âmes et constitue un danger à cause de la séduction qu’elle opère. C’est de cette séduction dont il est question, en 1 Timothée 2:14, quand Eve a été convaincue que Dieu cachait quelque chose et que la connaissance du bien et du mal lui serait profitable (lire aussi Genèse 3:1 à 6).

Ce rempart contre le danger nous est offert par la prédication de la Parole. Dans l’Ancien Testament, lorsque la nation d’Israël empruntait un sentier spirituel prohibé par Dieu, ce dernier suscitait des prophètes chargés d’enseigner et d’avertir le peuple et ses dirigeants. Parce qu’Il est miséricordieux et lent à la colère (Exode 34:6), l’Eternel a toujours fait Son possible pour avertir, au travers de Ses serviteurs, des dangers que constituaient les mauvais choix de Ses enfants.

Il en est de même aujourd’hui. Beaucoup de sentiers nous sont proposés durant notre séjour terrestre, mais les Ecritures communiquées par le moyen de la prédication peuvent nous indiquer quelles sont les voies de l’Eternel. De même, lorsque des épreuves nous accablent, les exhortations de ceux qui parlent de la part du Seigneur peuvent constituer une protection contre l’amertume, le doute ou la séduction. Pour ce qui est du salut des individus, nous voyons, là encore, que la prédication de la croix reste un outil puissant dans l’accomplissement du plan divin: Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu (1 Corinthiens 1:18).

Nous avons vu que la poule agit d’une façon particulière lorsqu’un danger menace sa couvée. Mais pour que son action soit efficace, il faut aussi que les poussins accourent vers elle en croyant que là se trouve leur salut. Ce n’est malheureusement pas cette attitude que Jésus a constatée en considérant Son peuple. Cette plainte: Jérusalem, Jérusalem, sonne comme un cri de compassion envers cette nation qui allait, encore une fois, refuser de sa placer sous les ailes protectrices de Dieu: Combien est précieuse ta bonté, ô Dieu ! A l’ombre de tes ailes les fils de l’homme cherchent un refuge (Psaumes 36:7). Ces bras qui, sur la croix, allaient symboliser la main tendue et la protection contre le jugement, seront interprétés selon la sagesse d’en bas. Les apôtres, choisis par Jésus pour annoncer la Bonne Nouvelle, seront eux aussi rejetés par la nation d’Israël.

Qu’il n’en soit pas ainsi parmi nous. Croyons en la volonté du Seigneur de nous secourir. Acceptons les outils qu’Il utilise: Le Seigneur vous donnera du pain dans l’angoisse, et de l’eau dans la détresse; ceux qui t’instruisent ne se cacheront plus, mais tes yeux verront ceux qui t’instruisent. Tes oreilles entendront derrière toi la voix qui dira: Voici le chemin, marchez-y !Car vous iriez à droite, ou vous iriez à gauche (Esaïe 30:20 et 21). Oui, acceptons la grâce que constituent les ailes protectrices de la prédication afin d’obtenir le secours dont notre âme a besoin.