Le jardin et le désert
par Michel Texier

1Corinthiens 15:22 et 45: Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ ... C’est pourquoi il est écrit: le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.

De nombreux hommes et femmes ont eu une influence déterminante dans le cours de l'histoire. Nous pouvons même discuter des heures sur l'impact réel qu'a pu avoir tel ou tel sur notre destinée. Mais il en est deux, assurément, qui se placent bien au-dessus de la mêlée. Et s'ils ont une place particulière au sein de l'humanité, c'est parce que leur vie a eu un retentissement insoupçonné pour des générations et des générations d'êtres humains. Ces deux personnes, vous l'aurez peut-être deviné, sont Adam et Jésus-Christ, le premier Adam et le dernier Adam.

Si ces deux hommes ont eu un impact si extraordinaire sur des milliards d'individus, c'est parce qu'ils ont légué, selon le plan souverain de Dieu, un héritage: l'un a transmis le péché et la mort à̀ ses descendants, l'autre a offert la rédemption et la vie éternelle à̀ ceux qui croient en Lui. C'est pour cela, du reste, que le salut n'est pas conditionné par nos bonnes ou nos mauvaises actions. Il s'agit en réalité de choisir notre héritage: soit nous héritons de la malédiction qui a pour origine la désobéissance en Eden, soit nous recevons les promesses qui nous sont offertes en Jésus-Christ (2Corinthiens 1:19-20).

Ces deux hommes, à cause de l'impact sur l'humanité dont nous venons de parler, ont été tenté par Satan. Le premier, Adam, a succombé indirectement au piège des ténèbres, en partageant avec sa femme le fruit de la connaissance du bien et du mal. Le second, durant toute Sa vie, a obéi au Père et a refusé de succomber au initiations sataniques contre Sa personne. Deux scènes de la Bible, bien connues des chrétiens, ont été inspirées pour nous présenter à la fois ces ressemblances et ces divergences spirituelles: la chute en Genèse 3 et la tentation dans le désert en Matthieu 4. Vous noterez que le terrain sur lequel se sont déroulées ces deux scènes est complètement différent. Le premier a eu pour cadre le jardin d'Eden, lieu d'abondance et de prospérité, alors que le second a eu pour cadre le désert, synonyme de disette et de danger. vérité

Nous avons ici un principe spirituel qui peut nous être profitable. Certains pensent que la tentation aura plus d'impact dans leur vie si elle se présente au milieu de circonstances difficiles. Ils croient aussi qu'une vie bien tranquille, accompagnée d'abondance de biens matériels, est propice à une vie spirituelle voulue par le Seigneur. Ce genre de raisonnement permet même à certains de trouver des excuses à leur désobéissance. Or nous voyons que l'enjeu ne se situe pas sur le terrain de la vie terrestre mais sur le terrain du coeur. L'abondance, si elle est nécessaire, ne doit donc pas être recherchée au mauvais endroit. Adam avait toutes les raisons visibles de croire Dieu plutôt que le serpent, et Jésus n'était pas dans des conditions favorables pour résister au diable. Mais tous les deux avaient les promesses divines, la Parole de Dieu, pour contrer les mensonges de leur ennemi. à

Bien souvent, nous cherchons un jardin terrestre pour apaiser nos âmes alors que la vie abondante peut se déverser en nous par la puissance de l'Esprit et de la vérité (Jean 4:23). N'oublions pas, si Adam est devenu une âme vivante, le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant, capable de nous donner tout ce qui contribue à la vie et à la piété (2Pierre 1:3).