Exodus
par Michel Texier

Luc 9:30-31: Et voici, deux hommes s'entretenaient avec lui: c'étaient Moïse et Élie, qui, apparaissant dans la gloire, parlaient de son départ qu'il allait accomplir à Jérusalem.

Si le deuxième livre de Moise a été appelé Exodus, c'est parce que ce mot apparaît dans la version grecque, dite de la Septante, au chapitre 19 et au verset 1: Le troisième mois après leur sortie (exodus) du pays d'Égypte, les enfants d'Israël arrivèrent ce jour-là au désert de Sinaï. Parce qu'il signifie sortie, départ ou partir, il résume très bien, en effet, la délivrance opérée par Dieu en faveur de Son peuple. L'auteur anonyme de l'épître aux Hébreux utilisera d'ailleurs, quelques siècles plus tard, le même terme pour parler du même évènement: C'est par la foi que Joseph mourant fit mention de la sortie (exodus) des fils d'Israël, et qu'il donna des ordres au sujet de ses os (Hébreux 11:22). Ce même mot est utilisé aussi dans le Nouveau Testament pour parler de la mort terrestre, à l'exemple de l'apôtre Pierre qui voyait son heure arriver: Mais j'aurai soin qu'après mon départ (exodos) vous puissiez toujours vous souvenir de ces choses (2 Pierre 1:15).
Jésus, parce que Sa mort n'a pas été seulement un départ de ce monde mais aussi le moyen de notre délivrance, a de Son côté parlé de Son exodus à Moïse et à Elie sur la montagne de la transfiguration: (Ils) … parlaient de son départ (exodus) qu'il allait accomplir à Jérusalem (Luc 9:30-31). Oui, Christ, notre Pâque, a été immolé afin de faire disparaître le vieux levain de notre chair (1 Corinthiens 5:7).
Pour nous, croyants, en attendant ce jour glorieux où nous rencontrerons le Seigneur, il nous est possible de sortir de notre vaine manière de vivre, de nos pensées tortueuses et de notre égoïsme. Le Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens (1 Corinthiens 1:23), nous a délivré de la puissance des ténèbres pour nous transporter dans le royaume du Fils de son amour (Colossiens 1:13). Parce que notre substitut un jour est parti, nous sommes aujourd'hui délivrés.
Il est intéressant de noter que exodus a aussi le sens de fin de carrière, destin final. C'est ce que notre Sauveur bien-aimé a fait de notre chair et de la puissance du péché. La seule destinée possible pour Adam était la mort, une destinée finale accomplie en Jésus-Christ. Le monde a été crucifié pour nous tout comme nous sommes crucifiés pour ce monde (Galates 6:14). Si, un jour, un peuple d'esclaves a été délivré de la tyrannie des Egyptiens et a pu partir, il y a eu un autre jour où un peuple plus nombreux encore a été délivré du vieil homme par la mort issue de la Croix, pour ne plus être esclave du péché (Romains 6:6). Nous ne pouvions pas partir de nous-mêmes, sans la mort de notre substitut, mais maintenant nous avons en permanence un nouveau départ: la vie de résurrection qui est notre vrai départ: Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort (Philippiens 3:10).