Les bornes de notre Père
par Michel Texier

Proverbes 22:8: Ne déplace pas la borne ancienne, que tes pères ont posée.

Il arrive souvent aux chrétiens de réfléchir à la volonté de Dieu pour leur vie. En général, cela est motivé par le désir de plaire au Seigneur au milieu des détails de la vie, ou parce qu'un choix important doit être fait et que les conséquences à long terme ne seront pas anodines. Il s'agit alors d'écouter la douce voix du Saint-Esprit et d'honorer la Parole. Pour ce faire, la doctrine des "Institutions divines" peut, j'en suis persuadé, aider les chrétiens à revêtir plus d'objectivité au milieu des diverses tentations qui jalonnent leur parcours.

La première de ces institutions est celle du libre arbitre. Nous savons que Dieu a voulu dès l'origine que l'être humain puisse faire des choix et c'est ce que nous lisons en Genèse 2:16-17, où il est demandé à l'homme d'obéir en ne mangeant pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Si le monde actuel se plaît à donner sans cesse des excuses aux péchés des hommes, en imputant les fautes des uns et des autres sur la "société", les croyants savent qu'ils sont responsables devant le Seigneur des choix qu'ils font.

Le mariage est la deuxième institution qui offre une sphère où les chrétiens ont le loisir d'exprimer la volonté de Dieu pour leur vie. Elle est suivie par la troisième, celle de la famille, où les parents sont mandatés de la part de l'Eternel pour éduquer leurs enfants selon les préceptes que les Ecritures nous enseignent (Genèse 2:24; Deutéronome 6:6-7). Il se peut que la routine et la lassitude assaillent certains croyants dans ce domaine; il est vrai aussi que la morale et le mode de vie occidentaux repoussent tous les jours ces valeurs bibliques qui demandent fidélité et sacrifice; mais par la grâce de Dieu, les chrétiens ont cette possibilité de vivre le couple et la famille de telle façon que la lumière de notre Sauveur luise dans le quotidien de leur foyer.

La quatrième institution est la nation. Dans un monde qui se tourne de plus en plus vers le mal et où la rébellion envers toutes les autorités est monnaie courante, les saints ont vocation à témoigner envers leurs semblables au moyen de la soumission envers les autorités. N'oublions pas que celles-ci ont toutes été voulues par Dieu (Romains 13:1 et Tite 3:1). Oui, faire la volonté du Seigneur consiste aussi à obéir lorsque le panneau routier nous enjoint à ne pas dépasser une vitesse donnée ou à refuser un travail qui ne serait pas déclaré devant les autorités compétentes!

La cinquième institution enfin est celle de l'Eglise, composée de ses différentes assemblées locales. C'est par elle que le Corps des croyants peut exprimer la plénitude du Corps de Christ vivant sur la terre. Par les baptêmes et la Cène, par les prières et les supplications, par le jeûne et l'intercession, par la repentance et la confession, par l'édification et l'amour fraternel, par le pardon et la réconciliation, par l'évangélisation et le témoignage, par l'enseignement et l'étude de la Parole, par les dons spirituels au service des autres, par les soutiens financiers à ceux qui sont dans le besoin ou qui servent diligemment le Seigneur, les pécheurs sauvés par grâce ont une occasion unique de publier avec le Seigneur une année de grâce (Luc 4:19). Si de plus en plus de gens délaissent aujourd'hui la religion en général, et la religion chrétienne en particulier, restons fermes dans notre volonté d'honorer le Christ au sein de la communauté des croyants (Hébreux 10:25).

Comme nous l'avons vu, toutes ces institutions sont de plus en plus rejetées: les gens se sentent de moins en moins responsables de leur vie; la fidélité à un seul conjoint ne fait plus recette; les enfants sont aujourd'hui plus éduqués par la télévision et internet, et par des institutions extérieures au foyer, que par leurs parents; peu importent les autorités, elles sont toujours remises en question à cause de cet esprit rebelle qui prévaut aujourd'hui; et les églises locales sont vues, à tort ou à raison, comme un frein à l'épanouissement spirituel et à la découverte de la vérité.

Aussi, prenons garde de ne pas être emportés par ce vent qui agite nos contemporains. Reconnaissons dans notre vie ces bornes anciennes que sont les institutions divines, car elles constituent les fondements sur lesquels reposent nos décisions quotidiennes.