Un amour divin offert à tous
par Michel Texier

Jean 17:22 et 23: Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, -moi en eux, et toi en moi-, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.

Selon ce très beau verset de l'Evangile de Jean, nous sommes aimés de Dieu de la même façon que le Fils est aimé du Père! Si nous doutons de cette vérité, ne serait-ce qu'un instant, il nous suffit de regarder à Jésus, Celui que le Père a envoyé pour nous. C'est cet amour incomparable qui peut nous garder dans la piété, notamment dans notre relation avec les autres.
En effet, lorsque la tentation de nous comparer avec des personnes de notre entourage suscite la jalousie dans notre cœur, la certitude d'être parfaitement aimé du Seigneur, et donc de croire que notre situation résulte du soin que notre Père céleste nous prodigue pour notre sanctification, évite à notre âme d'envier aux autres leur richesse, leur don, leur beauté, leur famille, leur travail, leur succès… N'oublions pas que c'est la jalousie qui a poussé les frères de Joseph à le vendre: Les patriarches, jaloux de Joseph, le vendirent pour être emmené en Egypte (Actes 7:9). Cette envie, selon la traduction de J.N. Darby, est une traduction du mot zello en grec qui signifie brûler de zèle, ou bouillir de haine ou de colère. C'est cette même ardeur mêlée de haine qui nous pousse parfois à manifester de l'animosité envers autrui, jaloux que nous sommes de sa situation. Malheureusement, dans l'église, il n'est pas rare de rencontrer pareil comportement: Je crains de trouver des querelles, de la jalousie, des animosités, des cabales, des médisances, des calomnies, de l’orgueil, des troubles (2 Corinthiens 12:20). Combien de problèmes dans le Corps de Christ — des divisions, des calomnies, des jugements, des esprits de parti — ne sont en réalité que le résultat de jalousies enfouies dans le coeur zélé de certains croyants charnels?
Si les frères de Joseph ont pu être blessés à cause de l'amour particulier que Jacob avait pour lui, par la grâce de Dieu, notre situation n'est pas la même. Bien sûr, Jésus est Celui en qui le Père a déversé tout Son amour: Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j’ai mis toute mon affection (Marc 1:11). Mais nous avons vu que nous sommes aimés de la même façon. Et plus encore, Jésus, cet homme qui n'a commis aucun péché et a accompli toute la volonté de Dieu n'est pas jaloux de cette bénédiction imméritée que nous avons reçue: Comme le Père m’a aimé, je vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour (Jean 15:9). En demeurant dans cet amour, c'est-à-dire dans la Parole et la volonté de Dieu, selon Jean 15:7 et 8, nous pourrons alors glorifier le Père et ne plus accomplir les désirs de la chair: Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. Si vous portez beaucoup de fruit, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples.
Très souvent, la soumission à la volonté divine nous paraît impossible alors que Dieu nous le demande. Seule la vie issue d'en-haut peut nous permettre de vivre l'impossible: le Père aime le Fils mais le Père nous aime aussi; le Fils nous aime comme le Père nous aime, alors que nous ne sommes pas dignes de délier la courroie de Ses sandales (Marc 1:7). C'est avec ces vérités devant les yeux qu'un mari pourra aimer son épouse comme Christ a aimé l'Eglise, et s’est livré lui-même pour elle (Ephésiens 5:25). Et c'est de cette manière que nous pourrons tous exprimer entre nous cet amour inconditionnel, sachant qu'il n'y a rien chez l'autre qui ne nous ait déjà été donné.