Abandonner une vie superficielle pour gagner en profondeur
par Thomas Schaller

Proverbes 20:5: Le conseil dans le cœur d’un homme est une eau profonde, et l’homme intelligent y puise.

Récemment, en Finlande, à notre conférence d’été, nous avons parlé du cri de nos cœurs pour les choses profondes de Dieu. La vie superficielle qui est tellement habituelle parmi nous ne satisfait pas vraiment. Christ est cet homme intelligent qui est capable de couper à travers les couches superficielles de notre vie et de notre pensée pour parler directement à nos cœurs avec clarté et précision. Et c’est pourquoi nous L’aimons.

Quand la reine de Sheba a parcouru près de 1500 km pour voir par elle-même la personne et le royaume de Salomon, elle a dû venir imbue de sa propre importance: en effet, elle est venue avec de grandes quantités d’or, d’épices exotiques, et de cadeaux uniques. Mais la sagesse de Salomon lui a coupé le souffle. Les rôles ont été inversés. Il a parlé à son cœur. N’y a-t-il pas au milieu de nous quelqu’un de plus grand que Salomon ?

Il y a des choses dans la vie qui nous ramènent à la surface comme un bouchon. La peur du rejet, le désir d’être accepté dans un groupe, le besoin d’amour et de reconnaissance, ainsi que nos besoins physiques (nourriture, eau et toit) nous ramènent sans cesse à la surface. Mais là, nous mourons de faim. Là, nous sommes tentés. Là, nous sommes déchirés. Là, nous péchons.

Dans l’Evangile de Jean, nous voyons l’interaction entre les gens qui vivaient une vie superficielle d’une part, et Christ et Ses paroles pénétrantes d’autre part. On pourrait utiliser de façon intéressante l’histoire de Jean 5 comme une analogie de la vie superficielle et de son impuissance.

La légende de l’époque disait qu’un ange descendait dans le réservoir à certaines saisons et agitait l’eau… Or il y avait là un homme infirme depuis 38 ans (Jean 5:4 et 5). Il y a beaucoup d’action à la surface, mais pas de réelle transformation ; beaucoup de mots et de bruits, mais rien de stupéfiant. L’eau de surface n'a jamais aidé cet infirme mais a juste exacerbé son problème.
On peut comparer ce récit à une autre histoire du même Evangile, où nous lisons: Jésus répondit et lui dit : Si tu connaissais le don de Dieu, et qui est Celui qui te dit: Donne-moi à boire, toi, tu Lui eusses demandé, et Il t’eût donné de l’eau vive. La femme Lui dit: Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond (Jean 4:10 et 11). D’un côté, vivre une vie superficielle ne transforme pas réellement. De l’autre côté, Christ est fascinant, merveilleux, d’une clarté et d’une réalité rafraîchissantes. Le ministère de l’Evangile, ce n’est pas une question de gens qui s’exercent à la gentillesse, ni de gens socialement efficaces qui se régalent de leurs talents. C’est une question de réelle et merveilleuse transformation !

L'action spirituelle commence dans le cœur des gens quand Christ transcende les couches superficielles de notre vie et Se présente Lui-même à nous. Nous avons alors une motivation nouvelle; nous pensons différemment; nous Le connaissons enfin. Notre vie est maintenant réellement nouvelle.

Comme dans le Cantique des Cantiques, celui qui est aimé est captivé par son Bien-aimé. Une fois que nous Le rencontrons, que nous comprenons Son intelligence et Son amour pour nous, nous nous régalons dans les eaux profondes. Oui, nous avons été créés pour être aimés par rien de moins que le Dieu infini !

La vie superficielle de l’homme est facile. Il nous arrive même de nous y plaire pour un temps. Mais, pour reprendre les mots de Blaise Pascal dans Les Pensées: «…apprenez que l'homme passe infiniment l'homme, et entendez de votre maître votre condition véritable que vous ignorez. Ecoutez Dieu ». Nous nous trompons nous-mêmes si nous n’avons pas rencontré Christ, si nous ne L’avons pas laissé nous remettre en question, si nous n’avons pas éprouvé le doux soulagement d’être rendus responsables et redevables par ce regard pénétrant d’amour et de pardon, et si nous n’avons pas entendu ces paroles magnifiques: la paix soit avec toi. Nous nous trompons nous-mêmes tant que nous ne nous tenons pas devant Lui, et tant que nous n'acceptons pas de courir le risque de perdre pour gagner.

Suivons Christ quel qu’en soit le prix ! Apprenons de Lui par le ministère de Ses faibles serviteurs. Développons à tout prix une oreille et un cœur disciplinés à Le croire et à L’adorer. Suivons-Le à tout prix pour qu'Il puise les eaux profondes de notre cœur. Abandonnons la vie superficielle pour gagner en profondeur !